Recherche avec GOOGLE

Le Flash impose sa puissance

Par Belette - juin 2007

Finale Elite 2007
Flash
(Courneuve)
21 - 06
B. Panthers
(Thonon)
1er QT
14 - 00
2ième QT
00 - 06
3 ième QT
00 - 00
4 ième QT
07 - 00
Nb touch down : 3
Nb transformation (au pied) : 3
Nb transformation (main) : 0
Nb field goal : 0
Nb safety : 0
1 : Nb touch down
0 : Nb transformation (au pied)
0 : Nb transformation (main)
0 : Nb field goal
0 : Nb safety
MVP : Patrick Kancel ( RB Flash)
TD FLASH
- Podin (6e)
- Kancel (10e et 40e)
TD Black-Panthers
- Cade (16e)

Neuf ans que l'on attendait cela : une finale Elite dans une arène, digne de ce nom. Ce fut le cas samedi avec le stade de Charlety, où 9000 à 10000 personnes avaient répondu présentes. La preuve évidente qu'un stade de banlieue ou de province ne souffre pas la comparaison avec une enceinte parisienne. Une leçon que devront retenir les décideurs de notre sport pour ne plus revivre les finales désertiques du passé, à faire fuir un stagiaire de la presse sportive.
Le stade n'était pas plein mais contempler la tribune principale de trois étages, noire de monde "ça le fait bien" comme dirait l'autre. Surtout pour une discipline qui ne compte que 8000 pratiquant en équipé.

Au chapitre des bons points, on signalera : un tableau d'affichage gigantesque, une sono impeccable, un service de sécurité pléthorique (presque trop même !), une tribune VIP haut de gamme, la présence de la TV (cela faisait 8 ans quand même !) ... sans oublier la présence de quelques stands (dont celui d'EliteFoot mag, il y a un début à tout !).
Au chapitre des petites déceptions : un commentateur soporifique et confus (mettez-nous un Bahabeghe, que diable !), des cheerleaders trop peu nombreuses (mais où étaient les championnes de France ?) et une animation de mi-temps pas très à-propos.

Cette année, le coup d'envoi fut offert à un jeune garçon, victime de la drépanocytose. Une maladie dont notre RB national de l'équipe de France, Sandino Octobre, a décidé de tordre le cou. Après une courte allocution sur les méfaits de cette terrible maladie, le terrain a fait place au jeu, le temps d'ovationner l'entrée tonitruante des protagonistes, sous une averse battante.

Pour reprendre les mots du quotidien l'Equipe, on qualifiera ce match de "peu spectaculaire" et "cadenassé". La faute, sans doute, aux prévisionnistes météo de chaque équipe qui s'attendaient à une pluie régulière, obligeant les coachs à des choix tactiques prudents et peu attractifs.
S'il y avait bien une finale à ne pas filmer c'était celle-là : petite course au centre, petite course en débordement, petite passe, ... bref un jeu de gagne terrain mesuré et conservateur. Un truc pour les amoureux des costauds de la première ligne. Et évidemment à ce jeu là, les courneuviens sont dans leur élément. D'ailleurs pourquoi se priver de ce qui fait la force du Flash depuis trois ans ? On ne change pas une recette qui marche surtout lorsque que votre adversaire se montre fébrile en défense.

Manque de moyens ou mauvais choix tactiques, reste que les savoyards n'ont pas su offrir du répondant, face un jeu pourtant stéréotypé et répétitif du Flash. Si bien que le Flash fait le "break" dés le premier quart temps avec 2 TD d'avance. Les Blacks ne doivent leur salut que grâce à des erreurs adverses mais surtout grâce à leur joker américain Brandon Cade. Ce dernier fut présent sur toutes les actions déterminantes de son attaque et réussit même le seul TD de son équipe, dans cette première mi-temps.

Mais à trop tirer sur la corde, celle-ci casse. Et c'est ce qui se passe quand Brandon se blesse, en début de 2ième mi-temps. A ce moment du match, plus personne ne se fait d'illusion sur l'issue de ce duel.

Perdu pour perdu, on espérait que Thonon allait tenter le tout pour le tout et prendre des risques maximums, mais rien n'est venu. Il faut dire que le coach des Blacks (et coach de l'équipe de France) ne passe pas pour une tête brûlée. Au bilan, les visiteurs préfèrent en rester là et limiter la casse. Offrant ainsi l'image d'une équipe qui n'a pas déméritée dans sa résistance.

Le Flash sait le match gagné et offre son dernier TD au futur retraité de l'équipe et héros du match : Patrice kancel. Le vieux lion vient de pousser son dernier cri et tourner la page d'une génération de joueurs qui auront réussi la performance d'ajouter trois titres consécutifs au palmarès club.

Belette - Juin 2007





Pub Elitefoot