Archives françaises
La légende Argonaute
Par Belette - 2006

LA GENESE
Argonautes aix-en-provence 
Au printemps 1985, un étudiant aixois distribue des prospectus suggérant l'arrivée du foot US dans la cité provençale. Le nom de ce pionnier : Wilfrid YOBE. Le premier rendez-vous qu'il organise, a lieu sur le parking de la piscine municipale, et mobilise 10 personnes.
La suite est pavée de rencontre plus fructueuses. Celle d'abord avec la famille Miraval (Claude, le père, et ses fils Jean-Benoît, Christophe et Vincent) qui deviendront les fondateurs.
Yobé et ses copains eurent aussi la chance de tomber sur Jean-Louis Maguet directeur des Sports de l'époque. Il met à disposition le terrain de la Molière et les oriente vers l'AUC (Aix Université Club) où les Argonautes pourront disposer d'une structure officielle.
En 1986, C’est l’arrivée d’un riche homme d’affaire aixois, Bernard Bonnet. PDG d’une holding d’entreprises de pointe (Team SAFIR)
Le club prend son envole et quitte l'AUC. Il prend le nom des : Argonautes
.

Wilfrid Yobe argonautes aix-en-provenceWilfrid Yobe (3 sélections en EDF, meilleur joueur de la finale 90) :

Né en 1962, il débute le sport par le handball, en scolaire. Arrivée à Aix, dans les années 80. Il pratique le handball à la Fac, sans grande conviction. Il se met à la musculation et commence à s'étoffer. Il "flashe" alors sur le foot us. Il avait su par la télé qu'il existait une fédé, à Paris. Il y est monté et acheta tout l'équipement dans un magasin spécialisé. Il ne restait plus qu'à se jeter sur un terrain. "J'avais dirigé les premiers entraînements ... avec l'aide d'un bouquin théorique. Tu imagines ..." rappelle Wilfrid, avec un sourire amusé.
Et puis il y eut la rencontre avec Jeff Cofer qui amena Chuck Weir. Ce fut la chance des Argonautes : "Ah, Chuck Weir !... le père spirituel ... Un fin spychologue, intelligent, qui sait parler aux gars ? Quelqu'un de fabuleux".
Wilfrid tourne la page, en 1990. "Il faut que je me préoccupe enfin de ma situation professionnelle. Et puis j'ai envie de connaître autre chose". Parcequ'il ne sait pas se vendre, parcequ'il est sans doute trop timide, Wilfrid n'aura peut-être pas été apprécié à sa juste valeur dans la grande entreprise du foot us à Aix. Il partira comme il est venu. Sans faire de bruit. Avec un bon sourire. "J'ai fait un truc qui a marché. C'est super. Mais je n'ai pas la grosse tête pour autant".

>> Retrouver l'interview de Wilfrid en 2012


Toute l'histoire dans une vidéo de 20 minutes



Pub Elitefoot