Archives françaises

Les premiers pas du foot us, en France

Histoire foot us

De 1952 à 1967, on joua beaucoup au football américain en France. En effet, avant que le Général De Gaulle ne décide de sortir la France de l’OTAN, la France comptait de nombreuses bases militaires américaines. Et évidemment ces bases avaient leurs équipes que cela soit au sein des lycées construits pour les fils et filles des soldats ou au sein même des unités militaires
La base de l’Air Force de Châteauroux était une des plus grandes d’Europe comptant jusqu’à 15000 soldats et ses équipes (celle du lycée et celle de la base partageant le même nom: les Sabres) étaient parmi les meilleures du Continent.
David Madril était l’une des “stars” de la première génération du foot américain français. En 1961, il était même un des meilleurs joueurs basés en Europe, membre de la sélection européenne de l’US Air Force qui rencontra cette année là celle de l’US Army. Aujourd’hui âgé de 66 ans, retraité, après une longue carrière dans l’Air Force, installé au cœur des Montagnes Rocheuses, il nous a ouvert ses vieux albums de souvenirs pour nous raconter cette époque oubliée du foot américain français.

Avertissement : un récent article du blog nous révélait que des américains (fils de militaires en station pendant l'aprés guerre) nées sur notre sol et qui ont obtenu la nationalité française ont joué en NFL : voir l'article

Histoire foot us
L’équipe des Sabres de Châteauroux en 1961


Interview d'un pratiquant de l'époque : Dave Madril


Quand êtes-vous arrivés à Chateauroux ?
Châteauroux a été ma première affectation quand à 19 ans j’ai quitté la fac pour m’engager dans l’Air Force. J’y suis resté de 1960 à 1964. J’ai joué au football les deux premières années. En 63-64 j’ai quitté l’équipe de la base pour raisons personnelles mais je participais avec mon escouade au championnat de flag de la garnison. Ce fut une des plus belles périodes de ma vie. J’y ai rencontré ma femme et nous avons eu deux enfants là-bas (sa fille et sa petite fille vivent toujours dans la région de Châteauroux).

Quel était votre job sur la base ?
La base de Châteauroux était la plateforme logistique pour tout l’approvisionnement médical des forces américaines en Europe. Je travaillais à l’entrepôt où était stocké ce matériel. Je travaillais avec beaucoup d’employés civils français, 8 étaient directement sous mes ordres.

Quelle expérience du football aviez-vous avant d’arriver à Châteauroux ?
J’avais joué en lycée à San José. Je faisais partie de la sélection “City” 1957 au poste de Linebacker.

dace madril
Dave Madril en 1960

Et après votre passage à Châteauroux, vous avez continué le football ?
A mon retour du Vietnam en 69, j’ai été affecté en Angleterre et j’ai joué pour la base là-bas et aussi pour l’équipe de rugby. Plus tard, quand j’ai été affecté dans le Colorado, j’ai coaché l‘équipe des gamins de 11-12 ans de la base. J’ai aussi coaché l’équipe de baseball des jeunes quand j’étais à Ramstein en Allemagne.

Vous étiez offensive Guard et Linebacker chez les Sabres de Chateauroux , est ce que la plupart des joueurs jouaient en attaque et en défense à la fois ?
Disons environ la moitié d’entre nous. Je jouais aussi en équipes spéciales ! Je faisais 86 kg pour 1m75 ce qui, même pour l’époque, était vraiment petit pour un guard. Mais je compensais avec ma vitesse !

Comment était organisé le championnat ?
En 1960, la ligue accueillait des équipes de l’Army et de l’Air Force basées en France. Mais en 1961, parce que l’US Army a regroupé ses équipes, nous ne jouions plus que contre des équipes de l’Air Force, françaises ou allemandes. Dans les années 50 Châteauroux était une des plus grandes bases d’Europe et il y avait une grande tradition de football sur la base. Quand j’y jouais, la base était déjà moins importante et nous ne pouvions rivaliser avec les grandes bases allemandes. (Voir liste des équipes ci après)

Il y avait aussi le championnat des lycées ?
Oui, on aimait bien aller les voir. Ils avaient une bonne équipe. En 1960, ils réussirent à battre l’équipe de la super base de Francfort sur le score de 7-0. Ce fut un tel événement qu’ils firent la une du journal des forces armées ! L’équipe du lycée avait son orchestre, ses cheerleaders ce que nous ne pouvions pas avoir… On partageait le même terrain.

Histoire foot usVous aviez des supporters ?
Disons qu’il devait y avoir environ 500 personnes pour chaque match. On jouait le samedi après midi. Il y avait pas mal de français qui venaient nous voir.

En dehors de ces supporters, il y avait d’autre français impliqués dans votre équipe ?
Il y avait notre “ trainer ” Henri Laboret. C’était un employé civil de la base et il avait été champion de France de boxe poids mouche. Un gars super !

Est ce qu’il y avait une équipe que vous redoutiez ?
Les équipes allemandes étaient les meilleures. Beaucoup de joueurs venant de grandes universités. Il y avait encore le service obligatoire à l’époque et avant de passer pro beaucoup devaient faire leur service militaire. Les généraux commandant les grandes bases allemandes se débrouillaient pour avoir les meilleurs joueurs. C’était bien pour le prestige de leur base. SHAPE aussi (l’équipe du siège de l’OTAN, basée à Paris) avait de gros calibres. Ils avaient notamment Marion Rushing qui, après sa première saison de NFL chez les Cardinals, avait du faire ses deux ans de service à Paris. Comme moi, il était guard et linebacker. Jouer face à lui pendant tout un match ce fut une sacrée expérience! Ensuite il est retourné aux Cardinals et il a fini sa carrière chez les Falcons.

Est ce que toutes les équipes avaient le même style de jeu ?
La plupart d’entre elles, nous compris, utilisaient l’attaque basique “ T-Formation ” qui était en vogue à l’époque. Comme nous n’avions pas un très bon QB, on a aussi utilisé la vieille attaque “ wing ” qui n’était plus utilisé que par UCLA à ce moment là. Mais on a pas eu de bons résultats avec cette attaque trop prévisible et on est revenu à la T-Formation.

Quelques matchs mémorables ?
Sans aucun doute notre voyage à Berlin. On a joué contre l’équipe de l’Army là-bas. Ils étaient 48 et nous seulement 16. On a perdu 44-12. Mais ce fut surtout l’après match qui m’a marqué ! On devait aller visiter la Porte de Brandebourg et, alors qu’on s’est mis en route, on a appris que l’on ne pouvait pas y aller : Les russes étaient en train de poser les premiers barbelés là où allait être érigé le Mur de Berlin !
Il y a aussi le match contre SHAPE à Paris. On a dormi sur place, logé dans les Ecuries Royales du Château de Versailles! A l’époque, l’Army utilisait ces bâtiments comme dortoir pour la police militaire.
Et puis après la saison 1961, j’ai été un des arbitres de deux matchs de gala à Perpignan et Toulouse entre l’équipe de SHAPE et celle de la base de Laon. De très bons souvenirs…

Est ce que vous savez que Chateauroux est toujours une des places fortes du football français ?
Non, je ne savais pas ! Je savais qu’ils avaient une bonne équipe de soccer mais pas de football ! Je vais à Châteauroux chaque printemps voir ma fille et ma petite fille. L’année prochaine j’essaierai d’aller voir ça !’ Jai encore plein de contacts là-bas même si malheureusement beaucoup sont décédés maintenant. En 1998, il y a eu une grande réunion des anciens de la base, ce fut fantastique, l’accueil des gens vraiment super !


Dave Madril aujourd’hui

Vous suivez toujours le football ?
Moins qu’avant, mais toujours oui. Je vis à 3 heures ½ de Denver alors je vais voir les Broncos assez souvent. Aller au stade c’est toujours une super expérience. Comme en NFL je trouve que les joueurs en font trop et oublient que c’est avant tout un sport d’équipe, je suis de plus en plus la NCAA. Je suis un fan de USC.

 

Propos recueillis par téléphone le 5/12/06 - Olivier R.
Merci à Jenelle Peterson pour son aide et son superbe site : ww.chateaurouxamericanhighschool.com

Les équipes françaises en 1960-1961 (FSD - France Sports District)
U.S. Air Force League

Châteauroux (36) - SABRES *
Dreux (28) - VIKINGS *
Laon (02) - RANGERS *
Shape (Quartier Général de l’OTAN à Paris) - INDIANS *
Bitburg (Allemagne) - BARONS
Toul Rosieres (54) - Nom inconnu
A noter : Les Indians de Paris jouaient sur le site du Camp des Loges

France U.S. Army League

Bussac sur Charente (17) - BRONCOS
Chaumont (52) - Nom inconnu
La Rochelle (17) - Nom inconnu
Metz (57) - Nom inconnu
Nancy (54) - Nom inconnu
Orleans (45) - TROJANS *
Poitiers (86) - PANTHERS *
Verdun (55) - FALCONS *

Les villes suivies d’un étoile avaient aussi un lycée américain possédant une équipe de football US. L’équipe du Lycée américain de Paris portait le nom de Paris Pirates.


Pub Elitefoot